Historique

Orléans III en RÉGIONALE 1
 

L'année de l'équipe 3

en régionale 1
 

Régionale 1 - Poule CVL 1 - Groupe A - classement après la Ronde 6

Pl. Equipe Pts j. d. p. c.
1 Orleans 3 15 6 6 16 10
2 Checy 2 13 5 3 13 10
3 Chateaudun 12 5 5 14 9
4 Echiquier du Gatinais 2 11 5 5 14 9
5 St Pryve-Olivet 3 9 5 -8 7 15
6 St Cyr en Val 7 5 -3 10 13
7 Dreux 5 5 -8 8 16
 
 
 
 
Ronde 6
 

Ronde 6 du 23 mars 2014

En ce dimanche après-midi 30 mars 2014, nous partons assez confiants et prenons le chemin de Chécy. Didier opte pour une petite route de campagne qui nous conduit lentement mais sûrement à la place François Mitterrand où nous trouvons sans difficulté la M.J.C. . Nous remercierons les responsables du club d'échecs pour la parfaite organisation de la rencontre et le café offert à volonté.
L'enjeu est clair pour les 2 équipes : Orléans 2 se doit de remporter le match pour terminer à la première place du groupe A et accéder aux interclubs de la nationale 4, Chécy 2 doit au minimum " faire match nul " pour espérer ravir la première place à condition de battre l'équipe de saint  Pryvé-Olivet 3 lors de la 7ème et ultime ronde . En cas de victoire, Chécy était assurée de remporter l'interclubs du groupe A .
 
Eric est opposé à Nicolas Brissard ( ELO 1852 ) au 1er échiquier et commente sa partie.
" Nicolas a démarré e4, d4, Fe3, c3, f4, 0-0; de mon côté, j'ai joué une sorte de Pirc d6, c6, e5, Dc7, Cd7, Cf6, Fe7 et j'ai manqué cruellement d'espace et de dynamisme, surtout que Nicolas a enchaîné sur a4 en me supprimant un éventuel contre-jeu sur l'aile dame .
J'ai donc eu une position attentiste avec peu d'opportunités au cours de la partie; Nicolas de son côté a pris du temps ce qui l'a malheureusement conduit à jouer plus rapidement à partir du 38ème coup et à commettre des imprécisions en ratant le gain d'une qualité, voire d'une pièce ( ouf ! merci mon Dieu ). En effet, après la prise d'un pion, ma tour se retrouve clouée par la dame et en prise avec le cavalier. Profitant du fait que mon adversaire préfère jouer Tc6 plutôt que Tg1 " échec ", je force l'échange des dames pour libérer ma tour du clouage avec laquelle je joue un échec intermédiaire. Miraculeusement, je me retrouve en finale avec roi, cavalier et un pion conter roi, cavalier et deux pions, ce qui me conduit à une nulle, les deux pions blancs n'étant pas liés ".  
Bravo Eric pour cette nulle arrachée de haute lutte qui préserve une très faible chance de remporter l'interclubs !
 
Pierre est opposé à Christophe Ladune ( E.L.O. 1673 ) au 2ème échiquier et commente sa partie ..
" Compte-tenu de l'enjeu, je choisis donc avec les blancs de jouer pour l'activité des pièces et gambite 2 pions dans l'ouverture. Au 20ème coup, j'ai réussi à doubler mes tours sur la colonne ouverte c, mon fou de case blanche en b3 est braqué sur la case f7, mes cavaliers piaffent d'impatience en e4 et e5 à une enjambée du roi adverse et ma dame est prête à lancer l'assaut . Mon adversaire qui semble avoir été légèrement imprécis dans son développement trouve pourtant un fort coup qui met une de mes tours en prise, un de mes cavaliers ( non défendu ) en prise et mon pion d4 isolé en prise 2 fois !
Il me faudra une demi-heure de réflexion pour trouver un coup encore plus fort : Dh5 attaquant f7 déjà contrôlée par un cavalier ( après analyse, le coup à jouer est Cg5 qui attaque ce pion f7 une 2ème fois suivi de Dh5 ! ) . La suite ? Un mat étou ffé en 3 coups avec l'aide de mon adversaire qui a été particulièrement myope, je l'avoue, mais la classe quand même ! un mat à l'étouffée ! "
Très bien, Pierre. L'esprit de Juan Ramirez Lucéna et de Damiano était présent à Chécy ! Le mat étouffé, c'est un peu le rêve de tout bon joueur de club .
 
Benoît, opposé à Bruno Linard ( E.L.O. 1632 ) au 3ème échiquier, nous livre son analyse ..
" Mon adversaire choisit l'ouverture d4 et sacrifie  rapidement un pion. J'ai immédiatement rendu le pion . Pendant les 20 premiers coups de la partie, la position était en faveur des noirs et malheur ! , Bruno gagna un pion après une faute de ma part . A partir de ce moment, j'ai dû me défendre de mon mieux pour ne pas perdre rapidement . Au 31ème coup, j'aurais pu prendre l'avantage ( selon Fritz ) en prenant le pion f mais je ne l'ai pas fait .
L'erreur la plus grave de la partie était de mettre mon roi en h7 au 34ème coup. Cela a permis à mon adversaire d'infiltrer sa reine dans mon camp en faisant échec ! Alors, j'ai abandonné la partie lorsqu'il m'a pris mon fou en me laissant avec une pièce en moins . "
C'est dommage, Benoît, mais nous savons tous qu'une erreur bien exploitée par l'adversaire peut compromettre la partie ..
 
Didier ( avec les blancs ) opposé à Simon Ziza ( E.L.O. 1431 ) au 4ème échiquier, analyse sa partie et nous livre l'explication de sa défaite .
" Face à un adversaire au jeu très ouvert, je peine à voir les bons coups, mon jeu a priori solide me donne de bonnes opportunités que je ne saisis pas .
Je finis par me retrouver dans une finale où tout est encore possible mais ... je m'endors et au 38èmè coup, ma pendule me signale que si j'avais joué ou pris conscience que la demi-heure additionnelle ne serait là qu'au 40èmè coup, je ne serais pas avec un temps à 0  !!! Bref, je perds au temps et j'ai loupé nombre de bons coups qui auraient fait basculer la partie à mon avantage ! "
C'est promis, Didier, si l'on remporte la coupe Jean-Claude Loubatière, je t'offre une Rolex, marque très prisée de notre ancien président de la République ! . Dernière recommandation : dimanche matin, tu prends un solide petit déjeuner plein de vitamines .
 
Au cinquième échiquier, votre serviteur avec les noirs rencontre Patrick Jacquier ( E.L.O. 1400 ), capitaine de l'équipe de Chécy .
Patrick fait le choix de l'ouverture d4 et nous déroulons la théorie jusqu'au 11ème coup après lequel les blancs optent pour le mouvement de pion e4.
Une première série d'échanges ( 2 pions, cavalier et  fou ) est suivie  après le 18ème coup blanc ( Fc2 ) par l'échange des 2 tours à l'initiative de noirs ..
On semble se diriger vers une partie nulle lorsque, oh surprise ! Pat rick joue b4 au 23ème coup et me permet de gagner le pion b sans compensation au 24ème coup . Après l'échange des dames au 32ème coup, les noirs étaient en position favorable. Une petite frayeur au 47ème coup des noirs avec le très faible g6 x h5 au lieu du coup gagnant Ff2 avec gain d'un 2ème pion. C'est au tour des blancs de rater le coche au 52ème coup : au lieu de h6, F x f6 assurait au moins la nulle . Dans la course à la promotion, les noirs arrivent les premiers au 53ème coup car, malgré h8 dame au 54ème coup, le roi blanc est pris dans un réseau de mat après la perte de 2 pions ..
        
 
Au total, Orléans et Chécy terminent la rencontre sur le score de 2 à 2. Cependant, ne nous faisons pas d'illusion : au vu du résultat des rondes précédentes, je ne donne pas cher des chances de l'équipe d'Orléans 3 d'accéder à la nationale 4. Réponse à Chécy le dimanche 6 avril 2014 ..
 
Jacques-Henri Buchard
capitaine de l'équipe d'Orléans
 
Ronde 6
Chateaudun 4 - 0 St Pryve-Olivet 3
Checy 2 2 - 2 Orleans 3
Dreux 0 - 4 Echiquier du Gatinais 2
St Cyr en Val - Exempt
 
Checy 2 2 - 2 Orleans 3 Valider
BRISSARD Nicolas 1852 X - X JUBAULT Eric 1810
LADUNE Christophe 1673 0 - 1 POIRIER Pierre 1660
LINARD Bruno 1632 1 - 0 GARNIER Benoit 1670
ZISA Simon 1431 1 - 0 PERRUCOT Didier 1640
JACQUIER Patrick 1400 0 - 1 BUCHARD Jacques-Henri 1610
 
Ronde 5
 

Ronde 5 du 2 février 2014

En ce dimanche 2 février de l’année 2014, l’équipe d’Orléans 3 accueille celle de saint Cyr en val pour la cinquième ronde de la compétition organisée par la ligue du Centre-Val de Loire. Sans aller jusqu’à mettre les petits plats dans les grands, nous nous assurons que les réserves de café sont suffisantes pour satisfaire les amateurs de ce breuvage .

 

Au premier échiquier, Eric, avec les pièces blanches, affronte Bruno Huchet. Nous lui laissons la parole :

«  J’ai rapidement possédé un centre de pions d4-e4 puis d5-e4 soutenu plus tard par f4 mais un pion isolé en a2. Des vents contraires ont soufflé rapidement sur le centre (deux fous en fianchetto chez mon adversaire, par contre un pion resté en e7). Après la poussée de mes pions et l’échange des pièces lourdes où je n’obtiens aucun gain matériel et perds la pression, je me retrouve avec un pion isolé en c7, un roi en h1 et mon pion isolé en a2 dont je n’ai pu me débarrasser (plutôt je n’ai pas saisi l’opportunité). Lors de la finale des deux pièces mineures fou-cavalier et pions, je suis bien heureux de récupérer le pion en c7 et d’annuler la partie au 72ème coup (nous avons promu notre dernier pion en dame et par accord mutuel nous annulons la partie). Mon adversaire a bien défendu et aurait pu l’emporter dans son ultime contre-attaque. »

 

Au deuxième échiquier , Pierre avec les pièces noires affronte Christian Prodel et commente sa partie :

«  En ce froid dimanche de février, la cinquième ronde du championnat d’intercercles s'annonce rude. Mais c'est avec l'esprit vaillant que j'aborde cette rencontre. Nous accueillons sur nos terres l'équipe de Saint-Cyr-en-Val et mon adversaire du jour affiche un Elo de 1610. La partie semble a priori équilibrée.

Mon camp est celui des noirs et j'opte pour la défense  que j'ai adoptée depuis plusieurs mois déjà avec quelques succès. Ce choix porte ses fruits dans un premier temps face  aux blancs qui semblent ne pas savoir comment manœuvrer. Au 13ème coup, je suis déroqué mais mon adversaire compte deux coups de retard dans son développement et les dames ont déjà été échangées. Les blancs se lancent alors à l'assaut du mon roi noir, négligeant ainsi la protection de leur roi et l'activation de l'ensemble de leurs pièces. Toutefois, je dois être très vigilant et jouer les bons coups sous peine d'une sanction rapide.

Au 29ème coup, mon adversaire arrive à se créer un pion d'avance passé en h6 et la partie semble tourner en sa faveur. Cependant, je défend farouchement la case h8 empêchant toute promotion et le pion des blancs, finalement trop peu soutenu par les siens, termine sa course folle dans une impasse.

Comme l'attaque de mon adversaire n'engendre pas les résultats escomptés, je me lance dans une contre-offensive sur l'aile dame et manque par défaut de lucidité de me créer à mon tour un pion d'avance passé en a3 au 40ème coup.

Nous jouerons encore une trentaine de coups, mais la partie se terminera par une nulle logique, mon adversaire et moi-même ayant tour à tour laissé passer notre chance. »  

 

Au troisième échiquier, Benoît avec les pièces blanches affronte Hervé Garzenne.

Après une ouverture classique qui conduit à l’équilibre, Benoît décide d’échanger le fou de cases noires contre son homologue puis roque au coup suivant. Hervé opte pour l’avance du pion en c5 qui conduit à sa prise par le pion d4. Le cavalier en d7 capture le pion blanc en c5 et, sur l’échec donné en b5 par le fou de case blanche, les noirs font le mauvais choix en interposant le cavalier qui revient en d7. Le cavalier blanc qui attendait sagement son heure  s’installe tranquillement en e5 et les blancs s’emparent de l’initiative. Le roi noir ne peut plus roquer sous peine d’y laisser une pièce légère. Le second cavalier noir tente bien une sortie périlleuse en d5 mais se fait chasser sans ménagement par l’avancée du pion en e4 et se replie en b6. Le pur-sang blanc bondit en c6 et contraint la reine à sortir de la forteresse : la fuite (en c7), mais pas au delà de Varennes ! La tour blanche s’empare de la colonne c et la reine signe son arrêt de mort en s’installant en b7. Le coup de grâce survient au 19 ème coup : dame d6.

Le mat ne peut être retardé qu’au prix d’un cavalier et de la reine noire. Hervé abandonne immédiatement.

 

Au quatrième échiquier, Didier avec les pièces noires affronte Olivier Montreuil et voici son analyse :

«  Partie équilibrée jusqu'au 18ème coup sans réels avantages d’un côté ou de l’autre, puis perte d’un temps et don pour les bonnes œuvres d’un cavalier sur une erreur plutôt banale. Les blancs se retrouvent donc avec un bel avantage en milieu de partie mais ils tricotent un peu comme moi et me laissent un peu de répit, voire même des possibilités de sursaut. Mais je ne suis pas comme çà, je ne profite pas … Arghhh !  Bon, de toute façon, les dés étaient jetés tout de même et je m’incline . »

 

Au cinquième échiquier, le  capitaine et dernier de la classe affronte Alain Cocherie qui conduit les pièces blanches.

Dès le 4ème coup, Alain opte pour l’échange du fou de cases noires contre le cavalier dame. Après la sortie du cavalier, les noirs font le choix de la poussée du pion d5 qui a pour conséquence l’ouverture de la colonne e après l’échange des pion e4 et e6. Le fou blanc se positionne en a3 et menace de maintenir le roi noir au centre de l’échiquier. Après le petit roque, la tour blanche occupe la colonne e après que le cavalier noir se soit installé en a6. Alain tente de se dégager par l’avancée du pion en c5 mais ce coup entraîne la perte d’un pièce légère en raison du clouage sur le cavalier noir en e4. Sur échec de la dame installée en e4, le roi se réfugie en f8 et la 2ème tour blanche occupe  la colonne d. Alain joue de malchance en déplaçant sa dame qui laisse la tour en a8 sans défense. L’épouse du monarque blanc qui n’en demandait pas tant s’empare de la brebis esseulée et donne échec : il faut couvrir et les deux « premières dames » sont face à face. Elles tombent au champ d’honneur et il s’ensuit l’ouverture de la diagonale a3-f8. Une légère complication tactique se termine par la perte du second cavalier et Alain abandonne au 23 ème coup.

Au total, Orléans 3 bat saint Cyr en val sur le score de 2 à 1 .

 

Jacques-Henri Buchard, capitaine .   

 

Ronde 5 du 2 février 2014

Orleans 3 2 - 1 St Cyr en Val Valider
JUBAULT Eric 1810 X - X HUCHET Bruno 1640
POIRIER Pierre 1660 X - X PRODEL Christian 1610
GARNIER Benoit 1670 1 - 0 GARZENNE Herve 1450
PERRUCOT Didier 1640 0 - 1 MONTREUIL Olivier 1499
BUCHARD Jacques-Henri 1610 1 - 0 COCHERIE Alain 1360
 
Ronde 4
 
En ce dimanche 12 janvier de l'an de grâce 2014, la valeureuse équipe de l'U.S.O. quitte l'ancienne capitale du royaume d'Orléans pour se rendre à Dreux, lieu de la rencontre et fief de la famille d'Orléans.
Chef-lieu d'arrondissement du département de l'Eure-et-Loir, cette ville d'environ 31 600 habitants est un centre industriel où se sont implantées des entreprises de construction mécanique et radioélectroniques, des entreprises de produits chimiques et, plus récemment, des entreprises de la branche pharmaceutique. On rappellera que Dreux est la "capitale" de polepharma, cluster qui regroupe plusieurs entreprises de l'industrie pharmaceutique au sein du premier bassin européen de production pharmaceutique.
En 1816, la duchesse d'Orléans fait ériger la chapelle saint-Louis, dite chapelle royale qui abrite les sépultures des princes de cette maison, depuis Louis-Philippe. Parmi les personnalités liées à cette commune, les joueurs d'échecs que nous sommes auront évidemment une pensée émue pour François-André Danican Philidor qui naquit à Dreux le 7 septembre 1726 .
La rencontre se déroule à l'espace Nicolas Robert . Nous adresserons un grand merci au président Jacques Delgrande pour son excellent accueil . A l'arrivée, galettes des rois et boissons chaudes nous attendaient tandis que les dix armées noires et blanches étaient en ordre de bataille .
 
La rencontre 
 
Au cinquième échiquier, Frédéric joue avec les pièces blanches. Pour le choix de son ouverture, Rémi fait appel aux mânes d'un des plus grands joueurs d'échecs du 18ème siècle. Frédéric connaît ses classiques et enchaîne par la poussée du pion dame, la sortie des cavaliers et du fou de case blanche. L'avantage se concrétise par le gain d'un, puis de deux pions. Au dixième coup, les noirs font le choix d'un retrait du cavalier en g8 qui amène un siège en règle du roi noir. Les blancs conduisent l'offensive par une attaque des pièces légères au cours de laquelle les cavaliers s'illustrent en occupant à tour de rôle les cases g7,f5, f6, g3 et h6. La partie se conclut par un mat. Le roi est mort, vive le roi !
 
Au quatrième échiquier, Vincent joue avec les pièces blanches et j'ai les pièces noires . Au 3ème coup des blancs, la question se pose de savoir si nous nous orientons par transposition vers une partie anglaise : la réponse est négative. Les rois se mettent à l'abri et au 7ème coup, le cavalier blanc fait une sortie un peu hasardeuse qui permet aux noirs de gagner un pion.
Le 8ème coup permet une légère complication tactique aboutissant au gain d'un second pion. Au 14ème coup, le cavalier blanc fait un saut dans l'inconnu et le pion noir s'avance en e4, attaquant simultanément le fou de case blanche et le fougueux équidé.
Il s'en suit la perte d'une pièce. Après l'échange des cavaliers et d'une tour, les noirs parviennent à poster une paire de pions liés sur la 3ème rangée alors que la tour blanche est confinée dans un rôle défensif. Vincent est contraint à l'abandon au 34ème coup ..  
 
Au troisième échiquier, Didier conduit les pièces blanches et affronte le président du club. Nous laisserons la parole à Didier .
 
" De boulette en boulette face à un adversaire à ma portée, l'issue fatale est arrivée. Jusqu'en milieu de partie, ça se tenait, chacun ne lâchant pas grand chose. J'avais même pris un léger avantage, mais voilà : au 21ème coup, sur un éclair de génie, une idée en suivant une autre, je zappe le coup initialement prévu et massacre un peu ma position, me retrouvant avec un fou inopérationnel et un pion doublé. Puis pour la fin de partie où nous étions revenus à une stricte égalité et symétrie de jeu avec 4 pions de chaque côté + tour, j'enchaîne une liste de coups perdants menant à ma défaite . En bref, l'inspiration n'était pas au rendez-vous."
 
Au second échiquier, Pierre a les pièces noires et utilise son arme secrète dans l'ouverture, ce qui n'a pas pour effet de déstabiliser Fazli . Après une sortie réciproque des fous et des cavaliers s'engage la lutte pour le contrôle de la case d4. Il s'en suit une série d'échanges ( trois cavaliers, un fou et deux tours ) et le roi noir se met à l'abri, ce qui permet à Fazli de gagner le pion c7 et à Pierre d'échanger les dames. Un nouvel échange de pièces permet à la tour noire de prendre le contrôle de la colonne c puis d'investir sur échec la 2ème rangée. Au 40ème coup, les noirs ont 3 pions liés au centre de l'échiquier, le roi blanc est confiné sur la première rangée et la tour blanche est sur la défensive . Au 44ème coup, le fou blanc attaque la tour noire et en réplique le fou noir donne un échec. Le roi blanc se déplace et Pierre constate alors avec effroi que la tour et le fou sont menacés de saisie. Il est contraint de sacrifier la tour pour le pion a5 . Cà y est, les blancs ont pris l'initiative, le terrible pion passé en b6 attendant son heure qui ne tardera pas.Le monarque noir s'engage dans une fuite sans espoir vers la case g1. Au 59ème coup, la tour blanche se positionne en b1 pour asséner le coup de grâce et Pierre doit rendre les armes ..
 
Le score est alors de 2 à 2 et nous étions bien conscients que tout se jouerait donc sur le premier échiquier.
 
Au premier échiquier, Antoine a les pièces blanches . Alain choisit la même ouverture que Rémi.
Antoine prend rapidement possession du centre en installant deux  pions en d4 et e4. Aux 21ème et 23ème coup, l'avancée du pion blanc en e5 puis e6 amène une série d'échanges de fous et de tours. Au 31ème coup, un mouvement hasardeux
du cavalier noir sur la case e3 permet à Antoine de le capturer grâce à un clouage et au 34ème coup; puis la tour blanche occupe la case e4, ce qui aboutit au gain du second cavalier . Le point culminant de la partie se situe probablement au 40ème coup après lequel le sort de la rencontre aurait pu basculer. Alain s'est défendu énergiquement en donnant une série d'échecs avec la dame mais la main d'Antoine n'a pas tremblé . Après avoir conduit le pion d  jusqu'à la 6ème case, il parvient enfin à forcer l'échange des dames au 65ème coup et son adversaire abandonne.
 
A propos de l'ouverture choisie par Rémi et Alain, nous rappelerons le judicieux conseil donné par Al Horowitz, le célèbre chroniqueur d'échecs du New-York times et trois fois champion open des Etats-unis - citation - ( Traduction de votre serviteur )
" Cette ancienne ouverture doit être conduite avec la plus grande finesse par les deux joueurs afin d'éviter les nombreux pièges, dont certains sont de véritables boomerang. "
 
Jacques-Henri Buchard
capitaine de l'équipe d'Orléans
 

Ronde 4 du 12 janvier 2014

Orleans 3 3 - 2 Dreux Valider
TIXERONT Antoine 1631 1 - 0 RISTITCH Alain 1714
POIRIER Pierre 1660 0 - 1 LUBOVCI Fazli 1581
PERRUCOT Didier 1640 0 - 1 DELGRANDE Jacques 1510
BUCHARD Jacques-Henri 1610 1 - 0 DESPLANQUES Vincent 1400
ESTIEU Frederic 1569 1 - 0 ANA-DESIRE Remi 1280
 
Ronde 3
 

Ronde 3 - 15 decembre 2013

Echiquier du Gatinais 2 4 - 1 Orleans 3 Valider
GOIX Matthieu 1699 1 - 0 GARNIER Benoit 1650
RICHARD Fabrice 1699 1 - 0 PHILIPPEAU Sylvain 1600
ROCHE Gael 1630 1 - 0 BUCHARD Jacques-Henri 1620
ROCHER Pierre 1484 0 - 1 PERRUCOT Didier 1590
GOIX Theo 1526 1 - 0 ESTIEU Frederic 1577
 

Ronde 3 - 15 decembre 2013

Ronde 3
St Cyr en Val 2 - 3 Checy 2
Chateaudun 3 - 2 Dreux
Echiquier du Gatinais 2 4 - 1 Orleans 3
St Pryve-Olivet 3 - Exempt
 
Ronde 2
 

Ronde 2 - 24 novembre 2013 - Saint Privé-Olivet 3 - Orléans 3

Orleans 3 4 - 0 St Pryve-Olivet 3 Valider
CAMPOS PEREZ Julian 1869 1 - 0 BEAUDENON Remy 1600
GARNIER Benoit 1650 1 - 0 FRUCHART Noe 1490
PHILIPPEAU Sylvain 1600 1 - 0 VIGNELLES Eric 1270
POIRIER Pierre 1570 1 - 0 LOMBARDO Claude 1320
BUCHARD Jacques-Henri 1620 X - X GARNIER Julien 1240
 
Ronde 2
Orleans 3 4 - 0 St Pryve-Olivet 3
Checy 2 3 - 2 Echiquier du Gatinais 2
St Cyr en Val 1 - 4 Chateaudun
 
Ronde 1
 

Ronde 1 - 13 octobre 2013 - Chateaudun - Orléans 3

Chateaudun 1 - 4 Orleans 3
SEGU Serge 1779 0 - 1 JUBAULT Eric 1770
DESCAMPS Jacky 1575 1 - 0 MEUNIER-PION Francois 1725
HAVAGE Luc 1530 0 - 1 POIRIER Pierre 1570
LAMETTE Jean Louis 1530 0 - 1 PERRUCOT Didier 1590
F - 1 BUCHARD Jacques-Henri 1620
 
Ronde 1
Dreux 2 - 3 St Pryve-Olivet 3
Echiquier du Gatinais 2 1 - 4 St Cyr en Val
Chateaudun 1 - 4 Orleans 3
 

© 2011 U.S.O. Echecs - 5 rue Pasteur - 45000 ORLEANS
contact@us-orleans-echecs.fr

 
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com