compte rendu finale 2011

   

THE compte-rendu par Philippe Dussert!

            

            C'est par une belle matinée ensoleillée que les quatre mousquetaires du club USOrléans prennent la route pour se rendre à la phase finale de la Coupe 2000 à Montmorot dans le Jura. A l'évocation du mot Jura, max ressent d'intenses frissons. Il est pétrifié.

            Montmorot, Aglagla! Aglagla ! dans le Jura, est le lieu du tournoi mais c'est le club de Lons le saunier qui l'organise.

 

ATTENTION, PASSAGE DANGEREUX !!

 

            Au bout d'une heure trente, grâce au GPS d'Alex, nous arrivons à sortir du Loiret.     

A ce moment là, je passe le volant à Alexandre, notre capitaine, qui sera notre pilote jusqu'au bout. Philippe faisant le commandant de bord.

 

ATTENTION !!   (dédicace spéciale Alex)

 

            A 11h, nous prenons notre repas dans une cafétéria à l'aire du chien blanc sur l'autoroute A6, proche de Pouilly-en-Auxois. Les prix avaient une légère tendance « inflationniste ».

            A 13h30, nous arrivons dans la campagne jurassienne (Gla ! Gla ! Gla!) à Montmorot. A l'approche de Montmorot, des ballons de fête nous guident tout le long du parcours pour arriver au lycée agricole. A L'entrée du lycée deux jeunes filles font le comité d'accueil et nous guident vers l'intendance pour nos chambres. Notre logement est un dortoir de huit lits avec quatre lits superposés.

            En attendant la 1° ronde à 14h30, chacun s'occupe. Luc se repose, Alexandre tapote sur son ordinateur, Max nous fait faire des exercices divinatoires de cartes, tandis que je rédige ma prose. Après un dernier « pot » au Coca, l'équipe se sent prête à en découdre.

Ronde 1 à 14h30

 

            Avant de commencer ce tournoi, l'arbitre nous félicite de notre participation à cette Coupe 2000 et nous explique le déroulement de la compétition, notamment sur la remise des prix et le pot de l'amitié qui seront faits avant le repas du dimanche midi, permettant ainsi à certaines équipes de partir plus tôt si elles le désirent.

 

USOrléans 

2 - 2

Echiquier Lédonien

B

Philippe (1826)

0 - 1

CHAPON Jean-Alexis (1727)

N

Max ( 1917 )

0 - 1

BOURGEOIS Jean-Paul (1895)

B

Luc (1913)

1 - 0

BAUDISSIN Kay (1773)

N

Alexandre (1896)

1 - 0

HACH Otto (1680)

 


photo 11.jpg
photo 12.jpg
             Pour cette première ronde nous jouons les locaux, le club de Lons le saunier. Ils sont en pleine forme.

 

           

            Luc est le premier à finir. C'est une ouverture Est-indienne  où les Noirs se retrouvent avec des pièces mal placées. Cela permet, à Luc, de créer des faiblesses à l'aile Dame sans que les Noirs puissent avoir du contre-jeu à l'aile Roi. Cet avantage se transforme en un gain de pion à l'aile Dame. Avec cet avantage matériel, la finale est « tranquille ». Je cite Luc « Faut que ça continue !!! »

 

            C'est une partie assez égale où Alex réussit quand même à gagner un pion mais, son adversaire étant en pleine forme, il réussit à récupérer son pion perdu. Arrive une finale très intéressante, deux fous pour Alex face à deux cavaliers et des pions de part et d'autre. Sur une position apparemment égale Alex s'accroche et aidé par son adversaire qui s'endort, Alex gagne au temps.

 

            Philippe a eu l'initiative tout le long de la partie et la finale arrive sur une position égale. Mais sur un coup d'inattention, dû au zeitnot, il perd un pion. Cela crée pour son adversaire un pion passé à l'aile Dame sur lequel il base son jeu et finit par obtenir le gain.

 

           

            Max me dit qu'il a fait deux erreurs, une, de me regarder car il voyait que je tentais de forcer le gain sur une position égale. La deuxième, c'est de jouer le gambit Benko, une ouverture qu'il ne connaît pas encore suffisamment bien.

 

            Nous faisons match nul avec les locaux qui étaient plus reposés que nous.

 


Ronde 2

 

Bordeaux Echecs

2 - 1

USOrléans

B

LERNER Fabien (2000)

½ – ½

Philippe (1826)

N

ROUBERT Emile (1904)

0 - 1

Max ( 1917 )

B

GIOANNI Thibaut (1776)

1 - 0

Luc (1913)

N

COURTINE Thomas (1796)

1 - 0

Alexandre (1896)

 

photo 13.jpg

            Sur une ouverture Stonewall, l'adversaire de Philippe met en place une forteresse. Mais, dans sa précipitation pour attaquer le 0-0 des Noirs il oublie des coups. Ainsi par des échanges successifs Philippe égalise la position. Dans une finale fous de couleurs opposées et en zeitnot, l'adversaire de philippe propose la partie nulle qu'il accepte sans hésiter.

 

            Sur une ouverture Anglaise, Max arrive à obtenir une dynamique de jeu favorable. Son adversaire défend patiemment. Max place un coup tactique qui lui procure une ouverture dans la forteresse blanche. Il gagne une tour « nette ».

 

            Sur une défense Sicilienne fermée assez équilibrée tout le long de la partie, ils arrivent dans une finale très complexe où son adversaire craque et lui donne un pion. Luc craque à son tour trois coups plus tard mais c'est la faute du zeitnot. Son adversaire convertit la pièce de plus en gain.  

 

 

 

            Alexandre a une partie gagnée de bout en bout mais il se retrouve dans une finale très intéressante (F + 5 pions liés face à T + 4 pions liés, la scène du drame se passant à l'aile roi). Après de nombreuses manœuvres tactiques ou « tricotage », son adversaire obtient un avantage décisif qui lui donne le gain.

 

            Nous perdons un match où la victoire était possible. Tant pis, c'est le jeu, l'équipe rassure le capitaine et nous repartons encore plus motivés pour le dernier match de la journée. C'est assez éprouvant, c'est de l'endurance qu'il faut avoir après avoir fait tous ces kilomètres.

Ronde 3

 

 

USOrléans

2 - 1

Annemasse

B

Philippe (1826)

½ – ½

RADOMAN Nicolas (1968)

N

Max ( 1917 )

1 - 0

LECHEVALIER Sven (1909)

B

Luc (1913)

0 - 1

CHASSOT Stéphane (1800)

N

Alexandre (1896)

1 - 0

LE BRET Ludovic (1875)

 

photo 14.jpg

            C'est une défense Française, « la variante Fg5 suivi de h4 » dixit Alex. Il déroule son attaque sur l'aile Dame et finit par obtenir trois pièces d'avance et la possibilité d'un réseau de mat. Partie assez facile où Alex n'a pas roqué.

 

            C'est une caro-kann improvisée de la part de Max. Cette partie s'est jouée avec les roques opposés, les Blancs le 0-0 et Max le 0-0-0. Les Blancs ouvrent leur 0-0 en lançant les pions en avant, Max en profite pour ouvrir les colonnes sur le 0-0. Après une défense miraculeuse il finit par gagner au bout de trente coups.

 

            Sur un gambit Dame mal négocié pour les Noirs, Luc prend l'avantage et réussit à placer le thématique Fxh7. Mais il ne voit pas la suite gagnante, puis arrive une finale complexe où Luc perd en zeitnot.

 

            C'est une défense Française variante d'avance que je propose à mon adversaire.

Mon adversaire fait une imprécision dans l'ouverture me permettant de menacer la Dame noire. Sur une combinaison tactique je gagne un pion. Une position assez tendue en ressort. Mon Roi reste au centre tandis que mon adversaire fait un 0-0-0 très ouvert. Par des manœuvres tactiques j'arrive à obtenir la qualité que je reperds aussitôt car je suis en train de craquer sous la pression du zeitnot réciproque. Finalement, sur une partie que j'avais gagnante, je me retrouve dans une finale R + 2 pions liés face à R + F où la position était nulle.

 

            On gagne un match très important pour prétendre être sur le podium.

 

            Rassurés, nous rentrons au dortoir en attendant l'heure de la cantine.

            Après ces parties intenses, la cantine nous a préparé un festin. Entrées à volonté, lasagnes, fromages, tartes et de l'eau pétillante « ondine ». Sur les crudités il n'y avait pas de restriction concernant la quantité. La restauration, très bien.

 

            Ensuite, les douches pour nous délasser. Alex est au point internet du lycée et il enregistre nos parties sur fritz. Nous avons joué à la belote jusqu'à 23h45, dans les autres chambres on entendait des jeunes qui « blitzaient ».

Pendant ce temps un concert s'organisait.

 

ZZZZZZZZZZZ …..RRRRRRRRRR..ZZ....RRRRRRRRR.....ZZZZZZZZZZZ...RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR.....Alex..on peut pas dormir.... voilà ...que c'est Philippe qui s'y met..ZZZZZZZ...RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR....ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ

 

            Réveil à 6h50 par l'I-Phone de Max, une musique mélodieuse qui incite à se rendormir. Heureusement qu'il y a un militaire dans l'équipe pour jouer du clairon.

Luc et Max ont été impressionnés par les ronflements d'Alex et philippe.

           

            Petit déjeuner festif où le croissant et le pain au chocolat sont offerts à chaque joueur. Petit déjeuner excellent.

Ronde 4  à 8h

 

            Aujourd'hui, la stratégique de l'équipe est de tout gagner.

           

Boulogne-sur-mer

0 - 3

USOrléans

B

GUILBERT Jean-louis (2007)

0 - 1

Philippe (1826)

N

FLEURQUIN Boris (1927)

0 - 1

Max ( 1917 )

B

FLEURQUIN Bryan (1705)

0 - 1

Luc (1913)

N

FLEURQUIN Jean-Pierre (1641)

½ – ½

Alexandre (1896)

 

PHOTO 21 à 24   

            Sur une Défense Nimzo-indienne, mon adversaire provoque des échanges ce qui amène une position égale. Il lance une attaque hasardeuse sur le 0-0 des Noirs que je contrecarre en lançant une contre-attaque sur le 0-0 des Blancs. Mon offensive est plus dangereuse que la sienne car la position s'écroule du côté des Blancs. Je gagne deux pions et je rentre dans une finale très avantageuse.

 

            Une partie dans laquelle Max a toujours eu l'initiative. Une finale Fou contre Cavalier arrive et Max conclu avec une attaque de majorité à l'aile Dame.

 

            Sur une Défense sicilienne fermée, la position est égale pendant une vingtaine de coups. Suite à une erreur tactique les Blancs perdent un Cavalier. Trente coups plus tard, la pièce de plus permet à Luc d'obtenir le gain.

 

            Dans une position désavantageuse, Alex résiste, attendant les résultats de l'équipe.

Les victoires s'accumulant et son adversaire voyant que le match ne peut plus être gagné, propose la partie nulle qu'Alex accepte.

 

            On gagne un match très important pour prétendre être sur le podium, tous les espoirs sont permis.

Ronde 5

 

USOrléans

1 - 2

Bennwihr

B

Philippe (1826)

0 - 1

GOETTELMANN Guillaume (1985)

N

Max ( 1917 )

0 - 1

DEGARDIN Sylvain (1952)

B

Luc (1913)

1 - 0

FIX Martial (1875)

N

Alexandre (1896)

½ – ½

DREHER Mathieu (1731)


photo 25.jpg

            L'adversaire d'Alexandre propose la partie nulle au 14° coup. Alex vient me voir pour savoir ce qu'il doit faire. Je vais voir la position, Alex me dit que son adversaire est un peu mieux. La décision est difficile à prendre, je le laisse décider en toute liberté. Alex préfère assurer en acceptant.

 

            C'est une partie qui débute par une ouverture Anglaise pour transposer vers une Est-indienne et finalement revenir sur une ouverture Anglaise avec l'étau de Maroczy. Les Noirs n'ont pas de contre-jeu, ils ne peuvent pas pousser d5 et b5. La partie est animée et finalement son adversaire abandonne avant de se faire mater en e5 alors que l'échiquier était encore plein de pièces. Partie assez étonnante où Luc m'a dit qu'il était assez content de sa prestation.

 

            Je cite Max : « Une défaite face à un très bon joueur, cumulée avec un manque de pratique durant l'année et une interversion de coups dans l'ouverture. » Son adversaire obtient une position supérieure et ils arrivent dans une finale de Dames. Après un coup de fatigue dans cette partie difficile où la nulle était possible par répétition des coups, Max perd la partie.

 

            Je cite Philippe : « J'ai eu l'initiative tout au long de la partie mais la grosse erreur tactique est de faire rentrer la Dame noire dans le camp des Blancs. J'aurai dû fermer  la position en jouant Ff3 et les Noirs auraient eu des difficultés. »

La Dame noire, par des échecs successifs, a permis au Roi blanc de faire un footing sur l'échiquier partant de g1 pour arriver en h6 où il se fait mater.

 

            On perd un match important qui était à notre portée. Nos espoirs de podium s'envolent.

 

            En attendant la remise des prix, la photo vous apporte la preuve qu'il fait froid dans le Jura.

Remise des prix

            Comme convenu, la remise des prix arrive, le podium 2011 pour cette phase finale de la coupe 2000 est :


1.            NANCY Stanislas I

2.            COUZEIX 

3.            BENNWIHR

 

            Nous finissons 6° sur 14 équipes ce qui est un très bon résultat et très prometteur pour l'année prochaine.

            Pour les résultats complets, vous pouvez cliquer sur ce lien après avoir appuyé et maintenu la touche CTRL de votre clavier :

           

              http://www.echecs.asso.fr/Equipes.aspx?Groupe=693

 

            Une coupe, une médaille à chacun et des lots sont offerts à chaque équipe participante.

            A l'issue de la remise des prix, un « pot » de l'amitié est offert.

 

            Quelques instants plus tard, la cantine ouvre ses portes. Nous nous précipitons car il est presque 13h30 et la faim nous tient. La cantine nous offre à nouveau un festin, le plat du jour est une paella. Pendant le repas nous nous réjouissons de notre brillante prestation et nous échafaudons des plans d'équipe pour la saison prochaine.

            A ce propos, Luc sera Nazairien mais il fera ce qu'il peut. Tout le club USO te remercie de ta participation, tu as toujours été un équipier modèle pendant ces saisons passées avec le club USOrléans.

 

            SNIF ! SNIF ! Après avoir bien essorés nos mouchoirs de nos épanchements lacrymales, nous reprenons la route vers 15 h. La température était très chaude, le capteur de température de la voiture n'est pas descendu au-dessous de 34° durant tout le trajet.

 

ATTENTION !!!  (C'est étonnant de la part de Philippe)

 

C'est pour cela que Luc nous a offert un coup à boire sur une aire d'autoroute, nous avons choisi eaux pétillantes et orangina. Prenant soin de mes coéquipiers j'ai mis la climatisation pour qu'ils puissent se reposer, ce qu'ils n'ont pas tarder à faire et se retrouver tout surpris d'être déjà arrivés à 19h30 à Orléans.

            Nous nous séparons, se promettant de participer à nouveau à la phase finale de la Coupe 2000 la saison prochaine.

 

            Voici la brochette Orléanaise :



© 2011 U.S.O. Echecs - 5 rue Pasteur - 45000 ORLEANS
contact@us-orleans-echecs.fr

 
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com